Déposez votre annonce Espace Propriétaire Newsletter

QUIZ SUR LA CURE THERMALE

1- Quelle population pour les Centres thermaux ?

Non, la cure thermale ce n’est pas fait que pour les Seniors !

Les Curistes ne représentent pas forcément une population âgée. En effet, si les traitements en rhumatologie, de l’arthrose, phlébologie, cardio-artérielles, sont destinés généralement lors des cures aux Seniors, d’autres types de cures se déclinent.

En effet, à tous âges nous pouvons avoir besoin d’un traitement thermal pour soigner une affection particulière, à savoir :

2 - Quelle structure pour les Centres thermaux ?

Oui, les Centres thermaux riches de leur histoire sont tournés vers l'avenir !

Les Centres thermaux font souvent partie d’un patrimoine classique de notre Histoire de France, avec certains Etablissements classés aux Monuments et Bâtiments de France. Datant souvent du 19ème siècle et de la Belle Epoque, ils témoignent d'une architecture riche de pierre, rotondes, vitraux, d’esprit cathédrale dans leurs halls ou piscines.

Mais, ils ont su évoluer et demander soit pour des extensions, soit pour un nouvel Etablissement le concours d’architectes très contemporains et connus mondialement. Ainsi quelques exemples :

  • Jean Nouvel avec les Thermes de Dax en mis en exergue les thèmes de l’eau des bains et de la lumière avec en autres, 400 mètres de verrières peuplées de capteurs solaires faisant ainsi entrer la traditionnelle architecture des cures dans l’ère technologique, écologique et tout aussi majestueuse.
  • une vaste soucoupe de pierre, béton et verre des Thermes d’Avène a été édifiée dans un écrin de verdure, offrant aux Curistes un cadre enchanteur et apaisant.
  • Les nouveaux Thermes de Châtel Guyon baptisés Aïga Ressort sont la prolongation moderne des thermes d’origine Art Déco, croisant des façades en céramique avec des ornements géométriques, parois vitrées et grilles décoratives sur le thème de l’eau. Et pour terminer,
  • Le grand projet des architectesAnne Demians et Chabanne du Grand Nancy Thermal prévu pour 2022, s’adossant au majestueux Etablissement classique d’origine et en en respectant les codes : la rencontre de l’eau et de la lumière.

3- Quelle durée pour une Cure thermale ?

Et oui, si la durée de la Cure thermale devait évoluer ?

Depuis de nombreuses années la durée officielle d’une cure est de 21 jours, dont 18 jours de soins répartis sur 6 jours d'une semaine multipliée par 3. Cette durée permet un meilleur taux de réussite des soins dispensés en créant une rupture à la fois avec le quotidien mais aussi le cadre environnemental du Curiste. Celle-ci est en grande partie prise en charge par la Sécurité Sociale.

Cependant, il existe maintenant de nombreuses formules de mini-cures allant de quelques jours à une douzaine de jours, non remboursées.

La Cour des Comptes a établi un rapport concernant la durée et de l’enveloppe budgétaire consacrée par l’Etat via la Sécurité sociale qui juge celle-ci inadaptée. En effet, d'une part, la population des Curistes désire de moins en moins consacrer 3 semaines de leurs congés à une Cure, suivant l’évolution de la durée moyenne des vacances de 2 semaines, et pesant de plus en plus sur l’équilibre financier des Centres Thermaux.

D’autre part, le rapport efficacité et coût des soins est un deuxième point de questionnement. Proposer une cure sur 2 semaines avec un allongement de la durée de chaque soin ne serait-il pas plus efficace et moins coûteux ? Ne voudrait-il pas mieux prescrire des mini-cures très ciblées ou de 2 semaines maximum prises en partie en charge ?  Cela permettrait aux Centres de mieux se faire connaître ainsi que leurs spécialités ou soin, et de mieux rentabiliser leurs frais de fonctionnement.

4- Cure thermale synonyme de Vacances ?

Non, les soins thermaux, c’est du sport !

D’une part, les soins lors de séjours thermaux induisent une fatigue physique indéniable, avec une sollicitation physique inaccoutumée, un changement d'habitudes de vie, et un enchainement d’horaires à respecter pour la bonne gestion de votre cure et de celui du planning de l’Etablissement. Il ne s’agit pas d’un service “ à la carte” mais d’un investissement pour sa santé et pour l’avenir.

D'autre part : Non, la cure thermale n’est en aucun cas des vacances prises au frais de l’Etat. Son organisme la Sécurité sociale “ne rase pas gratis ”et les Centres thermaux ne sont pas assimilables à des clubs de vacances. Les séjours représentent une enveloppe budgétaire conséquente pour cette Caisse, donc sur l’ensemble des contribuables. A nous, d’en être conscients et responsables, voilà qui est dit pour l’aspect financier.

5- Quid des Médecins en Cure thermale ?

La médecine en cure thermale, c’est du sérieux !

Tout d’abord en tant que formation.Le médecin est diplômé d’Etat comme tous médecins, puis il peut approfondir ses connaissances au travers de diverses formations comme :

  • La Capacité d’Hydrologie et de Climatologie médicales: enseignements théoriques et pratiques en Centre thermal, sur 2 ans (avec mémoire) par les Universités de Montpellier, Toulouse, Grenoble et Nancy.
  • Un Diplôme inter-universitaire intitulé Pratique médicale en Stationthermale, avec enseignement théorique et pratique, avec un mémoire de fin d’études.
  • Un Diplôme universitaireSanté et Thermalisme qui s’adresse à toutes les professions de santé avec un niveau de Licence acquis.

Comment cela se passe ?

Il est nécessaire de prendre un rendez-vous avant son départ pour la station thermal avec un Médecin thermal de votre station, et indépendant de celle-ci, et dont la liste vous sera communiquée par la Station thermale choisie.

Le Médecin thermal vous verra par trois fois durant la Cure, à savoir :

  • La 1ère visite : se fera avant toute cure afin d’établir une ordonnance médicale avec les types de soins adaptés à votre pathologie, après un questionnement approfondi du patient, la recherche de contre-indications, et un examen complet.
  • La 2ème visite :en milieu de séjour, afin d’évaluer l’avancée de la cure et modifier la prescription médicale si besoin, et enfin
  • La 3ème visite : pour effectuer un bilan de votre cure.

Le Médecin thermal peut effectuer également des soins spécifiques complémentaires, comme un lavage de sinus en cure ORL, ou la douche filiforme en cure dermatologique.

De même,le Médecin s’implique dans le suivi du Patient par la pratique de démarches éducatives, actions de prévention, conférences médicales.

Et enfin, le Médecin contribue au SMR (Service Médical Rendu) sous l’égide de AFRETH (Association Française pour la Recherche Thermale), les effets des cures thermales sont constatés et évalués, faisant ainsi évoluer et améliorer les traitements et leurs indications, avec implication dans la recherche médicale s’il le désire.

6- Les cures thermales sont-elles réservées aux rhumatismes ?

Non, la médecine thermale n’est pas exclusive !

Il est vrai que la cure thermale à visée rhumatologique représente 79 % de l’ensemble des cures prescrites. Or, 12 autres orientations thérapeutiques sont concernées, et prises en charge par l’Assurance maladie, à savoir :

  • Phlébologie,
  • Dermatologie
  • Affections des muqueuses bucco-linguales
  • Voies respiratoires et ORL
  • Gynécologie
  • Maladies cardio-artérielles,
  • Neurologie
  • Affections psychosomatiques
  • Affections urinaires et métaboliques
  • Affections digestives er métaboliques
  • Troubles du développement chez l’enfant
  • Rhumatologie

D’autre part, à chaque Centre thermal correspond des sources d’eaux spécifiques et indiquées pour le traitement de certaines affections, car plus ou moins riches en oligo-éléments, minéraux, avec des effets calmants, antalgiques, anti-inflammatoires, vaso-dilatateurs, sédatifs par exemple. La palette de soins est aussi vaste que les affections traitées ne se résumant pas aux rhumatismes.

7- A quoi ça sert une Cure ?

Oui, une Cure thermale est appréciable !

La cure thermale n’est pas un leurre. D’ailleurs L’AFRETH ou Association pour la recherche thermale, indique que la cure agit notablement sur les douleurs et ses effets sont plus durables dans le temps que les médicaments ou les infiltrations, en matière de rhumatologie, arthrose, suites opératoires et traumatismes ainsi que pour le mal de dos. En effet, la chaleur des douches, bains, enveloppements de boue, massages ainsi que les spécificités des eaux utilisées, chargées en minéraux et oligo-éléments apaisent les inflammations responsables de douleurs.

D’autre part, elle contribue à la diminution de la prise de médicaments comme des anti-inflammatoires, antalgiques ou somnifères que le corps élimine de plus en plus difficilement au fil du temps.

La cure thermale aide à redevenir plus souple et plus actif. La douleur étant soulagée, les raideurs atténuées, il devient à nouveau possible de faire preuve de plus de mobilité. La piscine chauffée et de mobilité alliée avec un Personnel qualifié contribuent largement à ses progrès, tous comme les massages et bains de boue.

C’est alors que le Curiste avec plus d’activité retrouve le moral, confiance en lui et s’occupant de lui, retrouve une qualité de sommeil accrue, une baisse de l’anxiété, surmenage et crises d’angoisse.

Et enfin, elle permet de s’occuper de soi, de se mettre entre parenthèse le temps des trois semaines, de s’extraire des soucis du quotidien, de se chouchouter, et de prendre le temps de sa faire plaisir.

8- Quand est-il de la garantie de l’hygiène en Cure thermale ?

Non, ce n’est pas un bouillon de cultures !

Un contrôle sanitaire rigoureux est appliqué au sein des Etablissements thermaux. En effet, la lutte contre les germes et bactéries est un combat de tous les jours, sachant que l’activité est implantée en milieu aquatique avec une température élevée.

Que cela soit concernant l’eau, les boues, les cataplasmes, ainsi que les infrastructures, il n’est pas possible d’adjoindre un désinfectant comme dans les piscines publiques, au risque de nuire aux bienfaits de l’eau thermale. Il est donc mis en place :

  • Respect des règles d’hygiène : pédiluve, bonnet, chaussures, douches savonnées pour les Curistes,
  • Contrôle très régulier de la qualité de l’eaupar des analyses auprès de laboratoires indépendants, agrément de l’eau donné par l’Etat (l’ARS)à chaque centre thermal avec des critères bien précis comme : 9 paramètres de microbiologie, 2 de parasitologie, 74 de physico-chimie, de radio-activité, présence ou non de pesticides Cela définit ainsi la carte d’identité de l’eau utilisée, tant pour la boisson, les boues, cataplasmes, jets ainsi que toutes sortes d’utilisations.
  • Contrôles des Etablissements agrées pour les analyses, ainsi qu’une meilleure gestion financière de ceux-ci, dans un souci de diminution des coûts.

De plus, La filière technique s’est professionnalisée avec l’intervention constante d’ingénieurs sanitaires lors des choix de matériaux, de conception de réseaux et du stockage de l’eau, ainsi que la formation du Personnel sanitaires et d’entretien des centres thermaux, ce qui contribue à un haut niveau de qualité des soins et infrastructures, de la vigilance ainsi que leurs améliorations.

9 - Centre de Cure thermale synonyme d’isolement ?

Non, la cure thermale est de tous horizons !

Géographiquement, les Centres thermaux n’engendrent pas la monotonie. En effet, si certains Centres sont ancrés dans des petits villages, d’autres sont situés dans des grandes villes touristiques ou balnéaires, avec comme point commun :une grande diversité de paysages, montagnes, lacs ou bord de mer, mais également de culture avec de nombreux témoignages de notre Histoire, de Casinos, d’évènements festifs et culturels.

Humainement, les Cures en Centre thermal permet au Curiste de sortir d’une certaine routine quotidienne, parfois de contact humain plus restreint. Le séjour va recréer du lien social apprécié.

Lieu d’échange, de partage, aussi bien d’expériences personnelles ou professionnelles, de souvenirs et de voyages, d’informations et ressentis d’une précédente cure.

L’aspect intergénérationnel est également un point fort permettant une émulation positive entre les Curistes mais également avec le Personnel soignant, agissant sur le moral et le bien-être et donc la réussite de la cure. De plus, lors de l’hébergement, de familles en profitent pour organiser des retrouvailles, petite parenthèse dans un rythme de vie moderne souvent trop rapide.

10 - Thalassothérapie et Cure thermale : même objectif ?

Pas vraiment ! Lisez plutôt …

Tout d’abord, les Centres de Thalassothérapie se situent en bord des côtes maritimes ou balnéaires allant des côtes de Nord de la France, Normandie, Bretagne, Côte atlantique, basque, ou méditerranéenne. Cela peut-être également un lieu de villégiature.

Ils proposent des prestations payantes de prévention des maladies et de bien-être qui ne sont pas prises en charge par l’Assurance Maladie, et non prescrite sur ordonnance médicale.

Votre accompagnement médical, diététique ou de soins corporels seront à votre seule initiative et souvent, à titre de conseils et d’accompagnement de nouveaux savoirs et d’enseignements. L’aspect curatif n’entre pas dans cette démarche, mais un tel séjour peut être complémentaire.

Et enfin, la durée du séjour est libre et à votre convenance, selon les programmes proposés par le Centre de la Thalassothérapie, allant d’un weekend à une dizaine de jours, et cela tout au long de l’année.

En ce qui concerne les Centres de Cures thermales, la carte géographique de leurs implantations dépendent du lieu des sources d’eaux mises à profit. Ils se situent donc dans des régions françaises et non sur les Côtes, à savoir : la région du Nord-Est, le Centre, le Sud-Ouest et enfin le Sud-Est de la France.

Les Centres thermaux vont suivre la prescription médicale du Médecin thermal, véritable point de démarrage et d'encrage de votre cure. Elle a une visée curative et préventive. Un véritable protocole de soins sera mis en place afin de traiter la ou les affections à traiter. Et elle de ce fait, prise en charge partiellement par l’Assurance Maladie.

L’accompagnement médical est induit dans le traitement et non optionnel, dispensé par un Médecin, des kinésithérapeutes, une équipe de professionnel de la santé, dédiés à votre cure et au Centre thermal concerné.

Et enfin, la durée du séjour est de 3 semaines, soit 18 jours de soins afin de répondre à une durée de traitement médical opérant et aux critères de la Caisse d’Assurance Maladie. Les Centres thermaux dispensent leurs soins généralement de Mars à Novembre inclus, et non toute l’année comme en thalassothérapie.


 


également à lire

Faire une cure thermale dans un hôpital thermal
Faire une cure thermale dans un hôpital thermal
Balaruc ou Dax : comment choisir sa cure thermale ?
Balaruc ou Dax : comment choisir sa cure thermale ?
Interview du Docteur Jérôme Laurès, médecin thermal de La Léchère
Interview du Docteur Jérôme Laurès, médecin thermal de La Léchère